Img 7013

                                                    image insérée avec accord de son propriétaire

13 avril 1942, le premier convoi ferroviaire de 2 000 prisonniers évadés, réfractaires au travail ou insoumis est constitué au départ de Düren, Limburg, Ludwigsburg en Allemagne via Rawa-Ruska en Galicie, dans la partie la plus à l’est de l’Europe occupée, dans la zone d’extermination des juifs (Judenkreis), aujourd’hui terre ukrainienne.

Les PG français sont conduits au Lager 325, camp composé de quelques baraquements en dur et de plusieurs hangars en planches et écuries. Ces premiers détenus français et belges, devront d'abord débarrasser le camp des corps des centaines de prisonniers russes liquidés avant leur arrivée pour faire de la place.

 article de l'Humanité du 20 avril 2012           Violette Maurice et Daniel Maunoury

 

 

    

                                                                                 

 

 

 

 

Eluard barbeles

Fille de déporté à RAWA-RUSKA, je vois partir un à un les derniers témoins de cette longue épreuve de leur jeunesse.

Pour ne pas oublier, pour faire connaître, pour partager, pour faire réfléchir, je crée ce site par fidélité à mon père et à ses compagnons d'infortune.

Nous aussi, enfants, petits enfants et arrières petits enfants, nous portons, à notre manière, le poids des souffrances de nos pères, même s'ils en parlaient très très peu !

En réactivant la mémoire de RAWA-RUSKA et de ses sous-camps, j'espère aider l'Association "Ceux de RAWA et leurs descendants" dans sa mission historique et pédagogique, particulièrement dans la région que j'habite.

Claudine Landes (Lavergne) Lacapelle-Marival LOT -mars 2016

 

«S’il y eut pour toute l’armée prisonnière un haut lieu de courage, un symbole de la résistance et de la déportation, ce fut bien Rawa-Ruska

                                                          Maréchal JUIN